Sociétés et dissipation d'énergie

Source : livre de F. Roddier : http://quefaire.e-monsite.com/rubrique,le-pain-le-levain-et,318332.html

une molécule d'ADN exporte son entropie et importe de l'information

 

La dissipation d'énergie dans l'univers


    En 2003 R. Dewar (Inra) constate que l'univers évolue en créant des structures qui, en se complexifiant, dissipent de plus en plus d'énergie (étoiles, plantes, etc.), c'est la loi M.E.P. (Maximum Entropy Production).

Eric Chaisson : croissance de l'énergie dissipée selon l'âge de l'univers

Dewar constate la validité de la courbe de E. Chaisson

 

    Ainsi une étoile dissipe de plus en plus d'énergie au cours de son existence, l'Homme, dans sa vie fait de même. Les planètes, en se formant, font la même chose : elles captent et expédient de l'énergie (sous forme d'infrarouges). Sur la Terre seul le carbone est capable d'assembler des molécules complexes, c'est la naissance de la chimie organique, de la vie.
    Dans le monde vivant ce sont les structures dissipatives les plus efficaces qui l'emportent face aux autres (sélection naturelle). Dewar confirme donc que les êtres vivants vivent et évoluent en dissipant de plus en plus d'énergie, sans énergie (oxygène et calories) un être humain meurt.
    Ainsi les cyanobactéries dissipent 10 mW/Kg, les plantes dissipent 100 mW/Kg, les premiers animaux dissipaient 1 W/Kg, l'Homme dissipe 3 W/Kg (au repos), etc.
    I. Prigogine (prix Nobel 1977) a étudié ce phénomène : les êtres organisés sont des structures dissipatives d'énergie. Mais la dissipation d'énergie produit de l'entropie (l'entropie est le désordre énergétique ou moléculaire). La structure dissipative réduit son entropie interne en l'exportant à l'extérieur.


Entropie, informations et évolution


    Or dès 1948 C. Shannon précise qu'entropie et information sont les deux côtés opposés d'un même concept : une structure qui exporte de l'entropie importe de l'information. Exemple : l'ADN qui exporte de l'entropie et qui importe de l'information au cours de son évolution (gènes).
    Ainsi les dinosaures sont-ils devenus des structures stables, énormes mais peu évolutives, la sélection naturelle les a anéanti, ils ont laissé la place à des structures plus petites mais plus efficaces (les petits mammifères).

    En 1993 les chercheurs Per Bak et Snepper découvrent le processus S.O.C. (Self Organized Critically) ou évolution saccadée et brutale (comme un tremblement de terre). Les sociétés humaines suivent cette tendance : une découverte (ex : l'agriculture) qui change le cours de l'Histoire (hausse de la population, villes, etc.).

 

la structure S.O.C. formalisée

    C'est ce type d'évolution S.O.C. qui explique la disparition des australopithèques ou de certaines espèces homo au profit d'une seule (la nôtre) qui a découvert la cuisson et où le cerveau s'est adapté plus vite que les gènes via des innovations et le langage.
    Les premières sociétés humaines dissipent plus d'énergie que la somme de ses individus. La sélection naturelle accélère ensuite le développement des sociétés qui dissipent le plus d'énergie (agriculture, élevage, charbon, pétrole, etc.), éléments renforcés par l'écriture et la diffusion des informations.
    L'économie est donc la science de la dissipation d'énergie suivant les lois de la thermodynamique hors équilibre.

    Or si les ressources énergétiques viennent à manquer les structures s'effondrent comme sur l'île de Paques (le livre Effondrement de J. Diamond), c'est l'histoire aussi de l'empire romain qui s'effondre au profit de structures plus petites et plus efficaces, la Renaissance relance la dissipation d'énergie en plus grand encore (poudre, découvertes, vapeur...). Le XX°s est la suite logique de cette course à la dissipation d'énergie : guerres mondiales puis guerre froide sur fond d'énergie nucléaire. 
  Hier l'économie libérale états-unienne a dissipé plus d'énergie que celle de l'URSS et l'emporte (sélection naturelle) : un américain dissipe 10 W/Kg (un français, 6).



Libéralisme et effondrement


    Or ce modèle libéral dévore des ressources uniques et creuse les inégalités sociales : le libéralisme s'emballe dans des bulles toujours plus incontrôlables, sans changement de direction cette inflation dissipative ne peut mener qu'à un effondrement rapide de la structure. L'idée d'un développement durable est donc la seule issue théorique, mais le changement ne peut être que global car si une société décide seule de dissiper moins d'énergie elle sombrerait au milieu des autres (Corée du Nord).

 

Notre forum : http://quefaire.aceboard.fr/#

Blog de F. Roddier : http://francois-roddier.fr/

 

 

Nous joindre : valactrep @ yahoo.fr

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site