Dynamiques du complotisme

theorie-du-complot.jpg

La quête de sens se mue vite en quête de responsables

Une chose est certaine : l'évolution s'accélère ! Plus que jamais l'Humanité dissipe de l'énergie, produit, échange et consomme. Plus encore que les biens les informations circulent et envahissent tout via la numérisation.

Face à ce chaos permanent on a tous un réflexe défensif proportionnel à la force hypnotique de ce spectacle permanent.

Physiquement et psychologiquement on est effaré par ce tsunami permanent de changements à la fois positifs et menaçants (telle l'invasion de "l'intelligence artificielle"). Logiquement on cherche à s'y retrouver, à anticiper ou juste à comprendre. Or la tâche est si âpre que la tentation de la paranoïa arrive vite. La quête de sens se mue vite en quête de responsables, coupables, ennemis...

un discours démagogique cadré par les dogmes hollywoodiens

Les plus sensibles sont séduits par des explications simples, presque magiques : nazisme et djihadisme ont comme point commun de remplacer la complexité par un discours démagogique cadré par les dogmes hollywoodiens. On arrive ainsi à la violence car toute simplification mène à l'erreur et donc à la violence (symbolique, verbale, réelle) comme fuite en avant. L'antisémitisme comme tous les racismes relève du sophisme et passe à l'acte quand les règles civilisationnelles tremblent (par exemple dans le monde virtuel).

Toute période de changements a toujours été féconde en sectes rédemptrices : en ce sens la Renaissance fut plus féroce que certains épisodes du Moyen-Âge qui connut moins de changements et donc plus de périodes calmes. Quand on anticipe correctement le futur proche on ne délire pas. Le XIX°s fut encore plus troublant que la Renaissance, il aboutit à la guerre de 14-18, déclenchée avec les lunettes du siècle précédent ! Là aussi les complots simplificateurs furent nombreux : ils trouvaient une cause unique à la guerre.

Tout changement séduit, tout changement fait peur

Vu l'ampleur des nouveautés actuelles il est logique que les mythes explicatifs pullulent davantage que lors de la révolution française qui fut déjà un concentré de rumeurs et autres complots à même d'expliquer des évènements inédits. Or la dynamique de la révolution française fut si complexe et nuancée qu'aucune des certitudes de l'époque ne résista au temps et aux analyses distanciées (notamment l'anthropologie). Il en va de même aujourd'hui : les évènements choquants -comme les tueries du 13 novembre 2015- ne sont sûrement pas réductibles à une idéologie ou une contradiction sociale et moins encore à un déterminisme identitaire. Le retour des passions de forme et de fond "religieuses" comme l'embellie des "sciences" parallèles révèlent bien la difficulté et le désarroi des masses face aux défis qui interrogent de façon inédite l'Humanité. Tout changement séduit, tout changement fait peur.

Avec une population en hausse la question écologique devient pressante. Complexe et technique au possible cette situation entraîne une avalanche de "réponses" qui ne sont que le reflet du monde passé : climato-scepticisme, rousseauisme écologique, émigration spatiale, idéologie génocidaire-esclavagiste... Dur de répondre aux problèmes d'aujourd'hui avec autre chose que nos certitudes d'hier. C'est de ce décalage de la Raison qu'émergent les monstres (un exemple).

édition arabe (années 60) du classique du complotisme antisémite

Les protocoles des sages de Sion (création grossière de la police de Tsar en 1926)

 

Date de dernière mise à jour : 24/11/2018

Nous joindre : valactrep @ yahoo.fr

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site