Créer un site internet

Destin du macronisme

Telechargement 1

Toutes les modes passent...

Les élections législatives ont tonné comme une sorte de verdict pour le macronisme.

Outre une abstention énorme qui relative tous les résultats la majorité présidentielle survit mais, comme en 1988, sous une forme relative. Ce qui correspond non aux habitudes françaises mais plutôt au format européen où les gouvernements sont presque toujours le fruit d’accords électoraux plus ou moins stables. Retour à la IV° république ? Demain le blocage ? Ou au contraire une démocratie plus représentative ? Difficile à dire mais il n’est, a priori, pas malsain que toutes les forces politiques soient correctement représentées.

le macronisme n’est rien d’autre qu’un giscardisme

En regardant les choses de plus loin on peut aussi constater que le macronisme n’est rien d’autre qu’un giscardisme. Car depuis les années 70 et sous influence américaine la politique française s’est lentement dépolitisée pour davantage se médiatiser. Les « victoires » (généralement non suivies) sont généralement la conséquence d’une nouveauté savamment profilée par un marketing de haute qualité. Ne fut-ce pas ça Giscard ? Archétype du technocrate brillant détaché des pesanteurs du passé il fut élu sur sa « jeunesse », son « réformisme », son « audace ». Cela ne vous rappelle pas quelqu’un ?

Et Chirac ? Politicien professionnel incontestable il gagna en 1995 en faisant passer Balladur pour un vieux machin sans avenir. La suite on la connaît il se ringardisa au profit d’un Sarkozy, petit combinard au cul du CAC 40, qui berna celles et ceux qui croyaient en sa nouveauté et son énergie. Il perdit toutes les élections suivantes. Aujourd’hui ? C’est un politicien haï par son ancien parti, perclus de procès et de défauts dont plus personne ne veut entendre parler.

la galaxie présidentielle n’a jamais dépassé 19-20 % des inscrits

Quid de Macron ? Strictement la même chose. Ce fut un produit marketing à haut potentiel en 2017 (lien) avant de se banaliser et de s’user sur le mur de la réalité. La dépolitisation fait et défait les rois ! Rappelons que sa galaxie présidentielle n’a jamais dépassé 19-20 % des inscrits, le socle de la bourgeoisie installée, c’est peu pour changer le pays : qu’il avance vraiment sur les questions environnementales et il perdra les lobbies capitalistes ! Qu’il avance dans l’agenda des réformes anti-sociales et il aura devant lui le front des oppositions ! Le résultats des législatives de 2022 montrent bien cela : une indifférence boudeuse de plus de 50 % des gens et une minorité de votants qui sanctionne l’exécutif, le "tout-sauf-Macron" qui agglomère au second tour les voix RN et NUPES. Il en est de même ailleurs en Europe ou aux USA où la base électorale du pouvoir est minoritaire depuis longtemps d’où la fragilité des gouvernements qui reposent sur du sable et/ou une certaine démagogie. Cela explique pourquoi un Trump ou le Brexit sont possibles : par abstention ou non mobilisation d’électeurs plutôt conformistes mais méfiants vis-à-vis d’exécutifs perclus de scandales plus ou moins graves. Dès lors des minorités activistes, par ailleurs complètement hors sol, peuvent avancer sur la démobilisation ou la confusion des gens ordinaires. Rappelons que Trump gagna en 2016… avec une minorité de voix : 48 % des votants et 20 % des inscrits ! Quant au RN (lien) ou à la NUPES ils réunissent des mécontents assez peu au fait des vrais programmes, de toute façon ce sont des machines à clashs et à buzzs qui sont peu décidées à travailler. La nouvelle assemblée en sera-t-elle la preuve ?

Date de dernière mise à jour : 30/06/2022

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !