Métasexualité et islamisme

Octobre 2018

Rien ne résiste à la métasexualité, sûrement pas l'islam(isme) !

Il est connu que les islamistes (violents ou non) sont des adversaires de la liberté sexuelle. En France comme ailleurs cette pensée totalisante s'attache avant tout aux apparences : l'obsession des Barbus vise surtout le corps féminin, les femmes doivent cacher leur anatomie et/ou s'exhiber en voile intégral ! Il en est de même pour la sexualité concrète : Hommes et Femmes ont interdiction de se masturber, de "forniquer" (relations hors mariage), de regarder du X, sodomiser, de papillonner et surtout de "flirter" avant le mariage. Toute éjaculation doit avoir une finalité vaginalo-reproductive. Dans le monde entier transgresser ces règles entraîne des meurtres. Et la liste n'est pas complète, les plus intégristes recommandent même des phrases rituelles à prononcer avant, pendant et après les pénétrations, etc. On croit rêver ! Et en effet ces interdits sont largement fantasmés puisque les textes islamiques les plus anciens -et donc les plus authentiques- n'avaient pas le sexe comme cible. Au VII°s Mahomet et les siens laissent la sexualité à sa place c'est à dire celle d'un moyen de reproduire la communauté dans des conditions de vie précaires et cela sans lois écrites et sans plus d'état civil ! L'appartenance à une famille (plus exactement à un clan) est garantie par une ascendance légalisée par un mariage. De même la polygamie (ante comme post islamique) est une façon de gérer les relations interclaniques et intrafamiliales. Le plaisir sexuel est du domaine de l'impensé ou le privilège de puissants qui profitent, sexuellement ou pas, des faibles (viol des captives). Religieusement le paradis ne rime pas avec orgie. Les croyants y ont droit à des vierges (comprendre des femmes inoffensives), les Femmes à leur mari (comprendre des Hommes connus). Ce que ce petit monde peut faire de l'éternité n'est pas précisé. Point. La jurisprudence islamique ne change donc rien à l'économie sexuelle de la civilisation arabe de cette période.

Dans l'islam, paradis ne rime pas avec orgie

Pas plus que l'islam n'a supprimé l'alcool l'islam n'a aboli le sexe récréatif

Par la suite au Moyen-Âge et plus tard l'islam s'est adapté aux terrains nouveaux, sorti de quelques généralités c'est plutôt l'anthropologie qui a joué. Pas plus que l'islam n'a supprimé l'alcool ou le vin l'islam n'a aboli le sexe récréatif là où il était possible. Contrôler les corps et les sexes est une idée récente et très moderne, comme en Occident un certain libertinage (homo et hétérosexuel) s'est développé dans les élites ni pour ni contre le texte sacré, plutôt à côté.

 

Libertinage islamo-arabe

Avec la modernisation souvent forcée (colonisation) le monde musulman s'est vu confronté au raz-de-marrée métasexuel diffusé depuis l'Occident européen ou américain où, depuis les années 50, le sexe récréatif s'est largement imposé par les médias et est entré en conflit avec le consensus puritain. Passant à juste titre comme un moyen de plus de dominer le monde non occidental la métasexualité a été immédiatement dans le viseur des islamistes : la femme "libre" serait une "pute" (donc vendue) se comportant comme une traîtresse vis-à-vis de ses origines en ralliant le monde dominant... Un discours extrêmement répandu dans les zones où règnent un inconscient politique de dominé islamiste ou autre !

De même les interdictions multiples aux relations entre les sexe (édictées par les autorités comme les islamistes) auraient joué un rôle dans le déclenchement du printemps arabe, ces brides exacerbant encore les tensions sociales quotidiennes dans la jeunesse, carburant historique des révolutions.

l'islamisme s'est développé en parallèle des progrès de la métasexualité

Or l'islamisme sous toutes ses formes s'est développé en parallèle des progrès de la métasexualité. C'est le cas dans les banlieues occidentales comme dans les pays arabes les plus avancés : là où le mode de vie se rapproche des standards post-1945 l'islamisme le plus violent s'est développé dans tous les espaces laissés vacants par les dirigeants politiques. Par exemple dans les campagnes en marge de la modernisation l'islam traditionnel n'a pas cédé face à un islamisme "fasciste" c'est à dire s'adressant de façon moderne aux classes moyennes paupérisées et au lupenprolétariat urbains.

Dès lors, faut-il voir dans l'islamo-terrorisme contemporain une réaction à la métasexualité comme nouvelle religion ? Un réflexe défensif ? 

Internet devient idéal pour à la fois bricoler son islam

et exercer son sex appeal

L'islamisme est une galaxie idéologique complexe qui se nourrit de plusieurs phénomènes qui ont aussi décupler la métasexualité : l'urbanisation, le numérique et l'individualisation de la sexualité par exemple. Là où on croit encore en Dieu ou croit surtout à sa capacité à jouir sans en référer à qui que se soit. Internet devenant "l'endroit" idéal pour à la fois bricoler son islam et exercer son sex appeal, les deux pouvant cohabiter individuellement dans la quête égotiste de l'existence.

"la préoccupation inavouée mais néanmoins récurrente chez les jeunes pour la question du sexe est semblable à l'arbre qui cache la forêt"

(dixit la maison d'édition islamique-islamiste)

L'obsession "islamique" pour le corps féminin à "protéger" (peu ou pas évoqué dans le Coran) n'est que l'expression d'une lutte idéologique contre une religion bien plus générale et plus sournoise : la métasexualité. Et la généralisation des discours islamiques positifs sur la sexualité de plaisir (dans le cadre du mariage, etc.) n'est qu'une façon assez navrante de rattraper le retard sur l'autre religion qui gagne massivement car secrètement des adeptes.

Or, contrairement aux préjugés, les munaqabat (femmes en niqab) usent de la liberté de changer de partenaires. On leur connaît des liaisons multiples. Le mariage religieux par sa facilité d’exécution, pouvant se rompre tout aussi vite, rend possible ces alliances éphémères sans les attacher à vie à un partenaire, d’où leurs enfants de pères différents. Certaines unions ne durent que quelques semaines.​ (extrait d'un forum islamiste)

Quant au terrorisme djihadiste, avatar d'un islam sans repères, il recrute des naïfs précisément avec un marketting pornographique évident qui recycle davantage les orgies rêvées des clips de rap que la jurisprudence islamique (esclavage sexuel assumé).

 

Date de dernière mise à jour : 08/10/2018

Nous joindre : valactrep @ yahoo.fr

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site