Sarkozy n'existe pas !

 

C’est le scoop de l’été ! Sarkozy n’existe pas.
Comment être partout et nulle part à la fois ? Comment dire et faire tout et son contraire ? Comment être indifférent à l’impopularité ? Comment est-ce possible ?
Réflexion faite, quel plus parfait valet du système qu’un logo ? Qu’une marque ? Qu’un personnage publicitaire ? Sarkozy ce n’est que ça : une création marketing de plus qui, comme le clown de Mac Do et autre Mamie Nova, fait et dit ce qu’on décide dans les bureaux climatisés du mondialisme.
Cet été, pour mieux régner et en l’absence de leurs porte-paroles habituels, les maîtres du monde ont laissé leurs media faire la liste des faits divers les plus sordides : meurtres, accidents, disparitions (de préférence d’enfants) ont ponctué l’été entre deux compétitions sportives. Pourquoi ? Sans doute pour créer de l’unanimité et de la peur, les deux jambes du pouvoir, cela depuis la nuit des temps. En attendant une république éclairée où le consentement cartésien servirait de lien social, on en reste aux vieilles recettes dignes du Moyen-Âge ou du XIXe siècle…
Il faut dire que les puissants ont fort à faire pour dévier les gens de la seule vraie peur : la peur sociale. Car pendant l’été le monde continue de tourner autour du même axe : celui de l’exploitation. Pendant que les classes moyennes se privent de vacances pour cause de baisse du pouvoir d’achat, les jeunes font les sales boulots et les étrangers les encore plus sales boulots et chacun se dit que c‘est toujours mieux que si c’était pire… La peur d’être encore plus déclassé l’été prochain fait tenir la population presque tranquille.
Presque tranquille car plus personne n’est dupe : le sacre de 2007 a déjà été effacé par la déroute des municipales et en Europe ce n’est guère mieux, le NON irlandais a, une fois de plus, montré que les « vrais gens » ne sont plus dupes de la « réalité » des media trop étrangère à celle qu’ils subissent.
L’affaire Siné montre ouvertement qui est le scélérat car la liste des soutiens à Val montre, si besoin en était, que le lobby sioniste est une réalité, une secte de plus du côté du manche.
En France des résistances existent, soyons attentif au discours de N. Dupont-Aignan qui préserve courageusement la tradition gaulliste. Ecoutons aussi G. Schivardi dont le discours a le mérite d’être radicalement hostile aux traités européens…
Pourtant un programme minimum à la fois social et national pourrait être majoritaire dans l’opinion : au gaullisme on pourrait emprunter l’indépendance nationale, au socialisme français une juste redistribution des richesses via de vrais impôts progressifs, un protectionnisme adapté pourrait limiter les effets de la mondialisation et des alliances avec des pays indépendants nous aideraient à rompre avec l’OTAN, alors même que la Russie lutte courageusement pour un monde multipolaire.
Mais, pour tout ça, encore faut-il une rupture rapide avec les traités européens, sa banque centrale, sa monnaie et ses institutions.
Entre le diviser pour régner de la « droite » et la morale hypocrite de la « gauche » il reste un espace digne du Conseil National de la Résistance et autres grands rassemblements qui firent avancer la France.
En attendant, dites-vous bien que Sarkozy, comme les monstres de l’antiquité, n’existe pas, mais pousse à la mort… comme récemment en Afghanistan où la France est réduite au rôle de mercenaire des USA

Nous joindre : valactrep @ yahoo.fr

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site