De la nouvelle guerre contre les Palestiniens...

Une de Siné Hebdo : http://www.sinehebdo.eu/

Qu'aurait fait le monde si le Hamas avait tué 800 israéliens en moins de deux semaines ?

Il n'est pas nécessaire d'être catégorique ou brutal pour exprimer son opinion sur la nouvelle guerre en Palestine. Il suffit d'être modéré et mesuré comme Henry Laurens. En effet ce discret et respecté spécialiste du Proche-Orient s'exprime quelque peu ces temps-ci en raison de la sortie de son livre " l'empire et ses ennemis ". Il a déclaré simplement que si les grandes puissances avaient réellement soutenu la création d'un Etat palestinien, aucune autre guerre n'aurait sans doute eu lieu au Proche-Orient.

C'était sans compter avec la duplicité d'un Blair (représentant du " quartet " sur place), le sionisme culturel de Sarkozy et surtout la partialité des USA sur place depuis des décennies...

  1. Les Palestiniens ont-ils le droit de se défendre ?
  2. Vu de loin les torts sont partagés, le Hamas, même si il est en position de résistant et de représentant élu des palestiniens n'est pas un mouvement à même de proposer une solution durable pour la région et sa population. Mais son développement et son essor sont le résultat de la politique colonialiste d'Israël.

    Tous les gouvernements israéliens, ceux de " droite " comme ceux de " gauche "

    ont pour point commun d'avoir développé la colonisation

    En effet, tous les gouvernements israéliens, ceux de " droite " comme ceux de " gauche " ont pour point commun d'avoir développé la colonisation, cela depuis les années 60. Finalement, la construction d'un mur dit de " séparation " (qui vole encore des terres au passage) est la seule vraie limite à cette colonisation qui, dans la pensée sioniste, est une question primordiale.

    C'est cette politique jamais remise en cause qui est la source des problèmes dans la région : un Etat viole sciemment le droit international en annexant des terres, dépouillant des populations de leurs droits et usant et abusant de la force pour faire prévaloir une politique injuste et illégale.

    La guerre froide a rapproché pour longtemps Israël et l'Occident.

    La IV° république français puis les USA ont été les fourriers d'un Etat instable à la légitimité molle et à la politique ouvertement belliciste.

    La légitimité flou du sionisme

    Aux origines de l'Etat hébreu se trouve l'idéologie sioniste qui, au XIX° s, a souhaité un Etat pour les seuls Juifs. Les Sionistes étaient surtout des Juifs d'Europe de l'est réellement persécutés (et massacrés) par des pouvoirs archaïques aussi pourris que la monarchie russe ou l'Eglise polonaise.

    Notons qu'en Europe de l'ouest les idées de la révolution française furent un progrès pour les citoyens juifs. De même dans l'Afrique du nord islamique les sujets juifs locaux furent toujours protégés par les chefs musulmans.

    La barbarie sans limite des Nazis et surtout la quasi indifférence des Alliés face aux chambres à gaz donnèrent une impulsion supplémentaire aux Sionistes dans les années 45-48.

    Ils utilisèrent les méthodes les plus violentes pour chasser les Britanniques de Palestine. Mais les habitants juifs immigrants ou natifs furent toujours globalement minoritaires et n'hésitèrent donc pas à expulser les arabes pour le devenir dans le territoire qui allait devenir Israël...

    Etait-ce donc aux Arabes de payer le prix de la réparation des crimes commis par des Européens ?

     

    Depuis les années 70, quand les Arabes n'ont plus la capacité militaire d'envahir Israël, les Israéliens font la guerre non pour éviter d'être envahi par les Arabes, mais bien pour éviter d'imploser sous le poids de leurs contradictions. Rien ne vaut une posture d'assiégé pour pérenniser la légitimité d'un Etat qui ne repose sur aucune base solide. Car Israël n'est ni un Etat national (au sens français du terme), ni un Etat " racial " (au sens germanique du terme), ce n'est même plus vraiment un Etat religieux, c'est un simple Etat colonial, c'est à dire une juxtaposition de colons qui, venus de loin, usent de la force pour contrôler un espace et exploiter les autochtones. Le judaïsme est un vernis qui sert plus à l'extérieur qu'à l'intérieur. Le chantage permanent à l'antisémitisme en est la preuve.

    Cette identité coloniale explique sans doute la proximité avec les USA, qui ont, en leur temps, fonctionné de la même façon quand des Américains de toutes origines se sont unis contre la métropole britannique avant d'exterminer en grande partie leurs voisins les indiens... Leur peur d'être attaqués à aussi servi de ciment à un ensemble très fragmenté.

    La guerre " d'autodéfense " israélienne

    est donc un nouvel épisode de cette " conquête de l'ouest "

    La guerre " d'autodéfense " israélienne est donc un nouvel épisode de cette " conquête de l'ouest " qui voit les bons cow-boys civilisés chasser sans pitié les peaux rouges barbares...

    Très logiquement et dans le respect du droit international, les Palestiniens ont donc bel et bien le droit de se défendre. C'est, du reste, ce qu'ils font du mieux qu'ils peuvent considérant que les gens de Gaza sont bien seuls : Les Palestiniens de Cisjordanie font le pari de la soumission (via Abbas) et restent tranquilles, espérant gagner des miettes. Calcul qui se révèle payant puisque Tsahal tue plus de gens à Gaza qu'ailleurs... Le reste des Arabes de la région sont sur la même longueur d'onde : au Liban le Hezbollah gère pacifiquement son influence et refuse toute nouvelle guerre avec Israël augurant un possible accord futur. Même immobilité à Téhéran et à Damas où, finalement, tout accord sérieux bloque sur la volonté de Tel-Aviv de maintenir un tension permanente.

    A ce petit jeu pervers Ahmanidejad joue le même rôle d'épouvantail que Dieudonné en France qui ligue les bien-pensants contre lui au profit unique des communautaristes juifs qui peuvent se poser en victimes.

  3. Les Palestiniens ont-ils le droit de vivre ?
  4. Sans le soutien américain, qui ne peut dorénavant que fléchir, Israël n'a plus guère de raison de survivre.

    Ce que Tel-Aviv veut à tout prix cacher c'est la vérité d'élites qui fuient et de citoyens perplexes qui regrettent parfois leur pays de naissance. C'est le constat sans appel de Avraham Burg qui fut président du parlement israélien avant de se détourner du sionisme dont il dénonce le caractère belliciste, raciste et délétère (dans son livre " vaincre Hitler ").

    Les guerres israélienne resteront dans les manuels de droit international comme des cas d'école où un Etat bafoue régulièrement l'ONU et, fréquemment, vise même les agents de l'organisation internationale : toujours sous prétexte de " riposter " un camp de réfugiés de l'ONU a été bombardé au sud Liban en 1996. C'était la FINUL qui le gérait ostensiblement, bilan : 96 morts. En 2006, des casques bleus de la même FINUL sont visés et tués par Tsahal. Sans doute une façon de châtier l'ONU coupable de constater froidement l'agressivité des Sionistes et de gérer l'éducation en Palestine. Aujourd'hui les agences de l'ONU très impliqué dans l'aide aux civils de Gaza dénoncent haut et fort les conditions de vie des simples habitants qui meurent par dizaines chaque jour. Une punition collective qui n'est pas sans rappeler les méthodes coloniales dans l'Algérie française ou ailleurs.

    En 1947 l'envoyé de la jeune ONU en Palestine mandataire est même abattu par un groupuscule sioniste. Rappelons que sorti de la résolution de l'ONU qui crée Israël aucune résolution de l'ONU n'a été appliquée par Tel-Aviv. Et que dire des résolutions bloquées par le seul veto américain ?

    Dans la guerre actuelle Israël multiplie les horreurs sous prétexte de briser le Hamas, il s'agit surtout de terroriser les Palestiniens et de les pousser au désespoir ou à la mort. Quelle autre explication au bombardement d'une école pleine de réfugiés, elle aussi gérée par l'ONU ?

    Tenant sciemment les journalistes loin de leurs actes criminels les Sionistes ne peuvent empêcher les ONG travaillant à Gaza de raconter l'horreur quotidienne de cette nouvelle guerre. Même le CICR (Croix Rouge) d'habitude très modéré affirme que la situation est désespérée. Des belles âmes habituellement modérées disent simplement la vérité en disant que Gaza est un " camp de concentration " géant (S. Hessel).

    Pour les Sionistes les Palestiniens n'ont pas le droit de vivre avec les mêmes droits qu'eux, ils peuvent juste survivre en position de soumis tels les Noirs d'Afrique du Sud à l'époque de l'Apartheid : bons à vider les poubelles sans salaires minimum mais pas bons pour voter. Et, dans cette logique survivante du XIX°s Abbas et la défunte OLP sont candidats aux postes de collabos serviles. Car de cette guerre le Hamas sortira renforcé, non pas militairement mais comme représentant de la " vraie Palestine ", celle qui souffre et qui saigne. C'est l'avis du chercheur Jean-Francois Legrain.

     

  5. Israël a-t-il tous les droits ?
  6. Israël n'a que les droits du plus fort. C'est à dire tous.

    Cela est très temporaire dans l'Histoire et quand le rapport de force s'inversera le monde, las de cet Etat sans scrupules et sans pitié, laissera les poubelles de l'Histoire avaler cet Etat croisé moderne. C'est le message du monde qui laisse les USA aider outrageusement Israël dans sa guerre coloniale et qui déclare vouloir envoyer de l'aide aux Palestiniens.

    Dans ce théâtre d'ombre l'Union Européenne joue son rôle lâche coutumier, à l'image d'un Sarkozy inculte, incapable et bavard, elle fait semblant d'aider les Palestiniens (construction d'infrastructures) et ne prend aucune sanction quand Tsahal ravage la Palestine. C'est même elle qui fut à l'origine du blocus de Gaza suite à la victoire du Hamas, qui avait fait le pari de se plier à des élections justes et démocratiques, une preuve de plus de la lâcheté de l'Europe.

    - - -

    Israël va donc poursuivre sa guerre jusqu'à ce que le monde se lasse, jusqu'à ce que la population israélienne doute du bien fondé apparent de cette tragédie, jusqu'à ce que les Juifs retournent chez eux, c'est à dire dans le monde entier. Car, ne doutons pas que c'est pour de simples raisons électorales que ces centaines de Palestiniens meurent. En effet une coalition vaguement " centriste " à peur de se faire déborder par la droite aux législatives anticipées, du coup, la guerre sert à resserrer les rangs. Jusqu'à quand ?

    En définitive pour Israël c'est un peu de victoires en victoires jusqu'à la défaite.

    Autre texte sur le sujet : http://quefaire.e-monsite.com/rubrique,israel,204415.html

    Les dirigeants israéliens accusés : http://www.wanted.org.il/ehud_barak_en.htm

     

     

Nous joindre : valactrep @ yahoo.fr

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site