La Géorgie de Saakachvili

La Géorgie de Saakachvili

Le président Saakachvili plus "européen" que les Européens

En août 2008 une courte guerre a secoué le sud du Caucase : en moins d’une semaine les forces russes occupaient certains territoires géorgiens, brisaient l’armée de Tbilissi et imposaient un cessez-le-feu à ses conditions.

Connaissant mal la région et les enjeux géopolitiques l’opinion et les media français sont restés assez neutres, se contentant de citer les différents communiqués des deux camps.

 A dire vrai le contentieux, qui n’est nullement réglé, remonte au moins la liquidation de l’URSS en 90-91 quand des territoires soviétiques sont devenus indépendants tout en gardant les frontières administratives des républiques soviétiques : la Géorgie est devenu un Etat indépendant avec au moins deux régions peuplées de gens plutôt favorables à la Russie : c’est le cas de l’Ossétie du sud en Géorgie, territoire qui prolonge l’Ossétie du nord, qui est une région russe. Incapable de maintenir son empire.

La Russie des années 90 a tout de même instrumentalisé ces minorités (en Géorgie comme ailleurs) pour exercer une pression sur son " étranger proche ".

Or, cet équilibre très instable a été rompu à partir des années 2000 quand " la révolution orange " a renversé des régimes accommodants avec Moscou. Ce fut le cas aussi en Ukraine où des " fondations " américaines (en réalité des agences néo-conservatrices) ont subventionné l’opposition afin qu’elle soit à même de renverser des régimes usés et discrédités par 10 ans de gestion de la pénurie post-soviétique.

Aussitôt installés ces régimes n’ont pas arrangé le quotidien de leur population, leurs priorités étaient autres : arrimer définitivement leur pays à l’Occident, c’est à dire l’OTAN et l’Union Européenne. Cela explique pourquoi le président Saakachvili s’exprime toujours avec un drapeau européen derrière lui…

Assez vite des bases américaines et les " conseillers " qui vont avec se sont installés sur ces territoires avec pour mission d’encercler la Russie alors à peine sortie de 15 années de chaos eltsinien.

Du coup Saakachvili s’est cru capable de récupérer pleinement le pouvoir dans les régions de facto autonomes et soutenues par des soldats russes. Mais cette offensive fut un échec complet, le duo Poutine-Medvedev ayant réussi assez vite a briser les forces géorgiennes qui étaient en pleine restructuration pour adhérer à l’OTAN.

 La Russie, par cette offensive exemplaire, lutte contre le monde unipolaire dominé par les seuls USA, c’est pour cela qu’elle doit avoir la sympathie de tous les amis de la liberté des peuples.

En complément : http://www.recherches-sur-le-terrorisme.com/Analysesterrorisme/georgie-russie-ossetie-saakachvili.html

Nous joindre : valactrep @ yahoo.fr

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site