OBAMA et nous

Le nouveau président fera-t-il autre chose qu'une politique de puissance ?

Goûtons notre plaisir, la fin de l'ère Bush est totale avec la victoire de B. Obama aux présidentielles américaines. Avec moins de manipulations que d'habitude et sans trucages éhontés les USA ont choisi leur nouveau président. Notons même la participation en hausse, 66 %. C'est faible pour nous autres français, mais c'est là-bas, un signe de vitalité démocratique...

De plus, le parcours du nouveau président force le respect : engagé en politique depuis seulement 12 ans, issu d'un milieu plutôt modeste, Obama est un authentique homo novus qui tranche avec le quarteron de vieux messieurs millionnaires de naissance qui ont toujours été très liés aux lobby.

Obama est un authentique homo novus qui tranche avec le quarteron de vieux messieurs millionnaires

 Seulement, sorti de ce naufrage abouti du bushisme, les raisons d'espérer restent très limitées. Il n'y a que les pro américains dogmatiques pour croire à une " nouvelle ère " et autre " virage historique ".

Quand on ne veut plus parler des problèmes sociaux on parle des problèmes sociétaux et Obama est avant tout vu comme un "noir" qui a su dépasser la barrière du racisme, alors que la situation des colored (et des pauvres en général) aux USA reste dramatique avec des millions de gens qui vivent dans des conditions dignes de celle d'un pays en guerre. Les chiffres sont connus : 20 % des hommes adultes noirs ont été, sont ou iront en prison une fois dans leur vie !

Le racisme, prétendument en recul, reste actif et les USA demeurent un pays violent, inégalitaire et agressif.

Confronté au lourd héritage des deux mandats de Bush, Obama ressuscite quelque peu les années Clinton : un mélange de com, de bons sentiments et de proximité télévisuelle. On s'éloigne des idioties vulgaires de W. et aussi des délires religieux des néo-cons. Mais, finalement, le nouveau président fera-t-il autre chose qu'une politique de puissance ?

Certes il a toujours été opposé à la guerre en Irak et n'a jamais embrayé contre Moscou et Téhéran, mais qu'en sera-t-il demain ? Sa campagne et surtout les gens qui l'ont financé ne sont pas de doux pacifistes, l'économie us est plus que jamais liée aux guerres lointaines qui font tourner les usines et occupent des chômeurs.

Les années Clinton ne furent nullement des années de paix

Les années Clinton ne furent nullement des années de paix : Bagdad fut régulièrement bombardée par le joueur de saxophone, la Yougoslavie fut aussi la cible d'une guerre encore plus dur. Sur le plan intérieur aucune réforme sociale de vint corriger la violence des années Reagan. Clinton supprima même les dernières dispositions encadrant quelques peu les marchés financiers. Il a donc une responsabilité évidente dans le krach économique actuel.

 Il a donc tout lieu d'être prudent. B. Obama sera jugé sur ses actes : s'il retire les troupes us des guerres impérialistes il pourra mériter notre estime, s'il lève l'embargo contre Cuba il sera crédible, s'il crée une sorte de sécurité sociale il sera digne des gens qui ont voté pour lui.

Rien n'est moins sûr.

Nous joindre : valactrep @ yahoo.fr

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site