journal de Maria Botchkareva

Bochkareva Maria LOC ggbain 26866.jpg

un destin russe

Nous devons à N. Werth et S. Audouin-Auzeau d'avoir sorti de l'oubli le récit de Maria Botchkareva dite "Yachkha". Elle raconte en 1918 dans une sorte de journal sa vie de soldate russe plongée dans les bouleversements de la guerre et des révolutions.

Aussi surprenant que celui puisse paraître cette "paysanne presque illétrée" comme elle se définit elle-même est acceptée dans l'armée en 1914. Elle rejoint une unité de soldats après avoir été aidée par un courrier du tsar (sic).

elle gagne sa place après s'être illustrée aux combats

Prise au début pour une intrue voire une prostituée elle gagne sa place après s'être illustrée aux combats et dans l'aide aux blessés.

Nullement dégouttée par la guerre malgré ses blessures elle conteste les idées pacifistes qui fleurissent après la révolution de février. Il faut préciser que sa vie jusqu'en 1914 était misérable et sordide. Sans enfant et sans emploi elle subissait la violence domestique de maris alcooliques et n'avait aucun avenir.

Elle raconte, de l'intérieur, les difficultés de l'armée russe qui "sombre dans le bolchévisme", c'est à dire le refus de combattre qui n'est pas toujours en phase avec l'intégralité de l'idéologie de Lénine. Pour les soldats du rang, le bolchévisme est avant tout la promesse d'une paix immédiate et la revanche face à des bourgeois avides. Elle critique aussi les fraternisations entre Russes et Allemands et est presque lynchée quand elle s'oppose au pacifisme actif de ses camarades ! C'est là les prémisses de la guerre civile. Elle n'a, d'ailleurs, aucune compréhension pour ce rejet de la guerre... Ce n'est pas la seule étrangeté du récit. On est surpris aussi de l'imaginer voisiner avec les grands politiciens russes sans pour autant savoir lire.

Fondatrice d'un bataillon de femmes entre les deux révolutions elle s'oppose frontalement aux Bolchéviques.

elle est témoin de massacres de simples civils

Le livre a été écrit par un journaliste états-unien qu'elle rencontre quand elle est aux USA pour défendre l'idée d'une intervention internationale contre les Rouges... Sa description de la seconde révolution russe fait peur : en mission pour aller rencontrer Kornilov, un général anti-communiste, elle est témoin de massacres de simples civils soupçonnés d'être des opposants. Elle-même échappe de justesse à une exécution... De son côté elle ne cache pas avoir tué à coups de baïonnettes une de ses "filles" qui fricotait avec un soldat. A cette époque la violence disproportionnée est dans tous les camps.

elle retournera en Russie affronter les Communistes

Quittant la Russie grâce à des circonstances exceptionnelles elle revient plus tard pour affronter les Communistes qui la captureront et l'exécuteront en 1920.

Etrange destin féminin passé de l'esclavage domestique à l'armée tout en rejetant le bolchévisme dont elle était pourtant une "cliente" parfaite car issue du peuple et structurellement victime de l'ancien régime.

Politiquement, elle était plutôt primairement patriote et orthodoxe, c'est à dire obnubilée par l'idée de repousser l'envahisseur allemand. Sans eut-elle été plus satisfaite sous Staline et sa "grande guerre patriotique".

Résultat de recherche d'images pour "Maria Botchkareva, Yashka. Journal d’une femme combattante"

Date de dernière mise à jour : 16/12/2015

Nous joindre : valactrep @ yahoo.fr

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site