Le jihad islamique palestinien

Le Djihad Islamique de Palestine

Ed. La Découverte

W. Alhaj, N. Dot-Pouillard, E. Rébillard

Bien que moins bien connu que le Hamas en Occident, le Mouvement du Jihad Islamique Palestinien (MJIP) est un groupe armé très actif contre Israël. Il tire quantité de roquettes sur l'ennemi et disposerai de plusieurs milliers de combattants armés et entraînés en Iran. 

Terrorisme ? Assurément 

Avant la construction de murs enfermant les territoires occupés, cette organisation commettait même des attentats-suicide comme ce fut le cas à Haïfa en nov. 2003 quand une jeune militante de 29 ans se fit exploser dans un restaurant tuant 20 personnes. Terrorisme ? Assurément mais comprendre les actes de ce groupe c'est surtout comprendre la réalité d'une occupation-spoliation vieille de plus d'un demi-siècle. L'auteure de l'attentat d'Haïfa, Hanadi Jaradat n'avait rien d'une extrémiste, seulement plusieurs membres de sa famille avaient été tué par les troupes israéliennes, parfois sans motif sérieux.

Son origine est floue et remonte aux années 1980

Néanmoins ce groupe n'a pas toujours été cette organisation discrète et puissante. Son origine est floue et remonte aux années 1980 quand les Frères Musulmans refusent encore de lutter contre l'occupation. Les plus musulmans des résistants affiliés à l'OLP tentent donc des opérations armées avec les moyens du bord, c'est à dire souvent des couteaux ou des grenades... 

Masked Palestinian members of the Islamic Jihad military wing Saraya Al-Quds or 'Jerusalem Brigades'  carry a large poster of their movement's founder Fathi Shiqaqi as they march in a military show in remembrance of its founder Fathi Shiqaqi on October 24, 2008 in Khan Younis, the Gaza Strip. Shiqaqi was assassinated in Malta in 1995.

Portrait de F. Shiqaqi fondateur du groupe

Le futur fondateur du MJIP, Fathi Shiqaqi est alors étudiant en Egypte et adhère aux Frères Musulmans, mais le triomphe de la révolution iranienne en 1979 le fait évaoluer. Pour lui la priorité n'est plus l'islamisation de la société mais la lutte contre l'occupation des territoires. A cette époque et aujourd'hui l'Iran demeure pour le groupe une référence de "révolution islamique" réussie car populaire, anti-impérialiste et politique.

Ecarté des Frères Musulmans suite à la publication de brochures favorables à Khomeyni Shiqaqi retourne à Gaza et se fait arrêter. En prison il recrute de nouveaux membres et passe à l'action quand il est libéré. Le groupe, aux contours flous, se mêle à plusieurs autres groupes informels plutôt issus de la gauche de l'OLP. La première intifada pousse le Hamas a évoluer lui aussi vers la résistance armée. L'organisation prend sa forme actuelle et devient même un parti politique en 1992.

Les accords d'Oslo (1993) rebattent les cartes : Arafat réussit à faire sortir de l'organisation quelques personnalités favorables à la négociation avec Israël, mais pour Shiqaqi ces accords sont une escroquerie. Pour lui et ses hommes la lutte continue ! Le MJIP passe alors aux attentats-suicide visant indistinctement civils et militaires car pour eux c'est toute la société israélienne qui est militaire. Une argumentation discutable puisque ce type d'action encourage, précisément, les israéliens modérés à l'être moins... En retour la répression terrible des Sionistes poussent des jeunes palestiniens révoltés à durcir la lutte !

Dans la lutte anti-coloniale tous les alliés sont bons

La suite de l'histoire est connue : avec la deuxième intifada le MJIP se renforce encore en luttant les armes à la main avec le Hamas, l'OLP ou même des communistes comme le FPLP, par exemple à Jénine en 2002. Dans la lutte anti-coloniale tous les alliés sont bons pour le parti qui fait systématiquement passer la libération nationale avant l'islam.

Pour les auteurs le Djihad islamique est avant tout une organisation tiers-mondiste qui lutte uniquement contre le fait colonial que constitue Israël, l'islam est un moyen non une fin, cela explique le flou complet sur leur programme après la libération et plus encore la multiplicité de leurs références chiites (Hezbollah ou l'Iran) ainsi que leur solidarité avec H. Chavez.

De même le parti a toujours privilégié l'unité palestinienne et arabe. Le MJIP a cherché ainsi en 2007 avec le FPLP a faire cesser les affrontements armés entre le Fatah et le Hamas. Même "neutralité unitaire" en Syrie (où le parti est hébergé) depuis 2011 alors que certains Palestiniens soutiennent le régime baasiste alors que d'autres ont rallié la rébellion. Quand au salafisme ou à Al Qaïda, le MJIP y est catégoriquement opposé. 

 

Date de dernière mise à jour : 10/11/2014

Nous joindre : valactrep @ yahoo.fr

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site