Le Somaliland

Somaliland, pays en quarantaine, R. Wiren,

ed. Karthala, 2014

Si peu de gens connaissent l’existence de ce pays chacun connaît la Somalie, Etat failli qui végète dans la guerre civile depuis la chute du tyran Syaad Barre (ou Siyad Barré) en 1991…

En Somalie ​aux chefs de guerre sans pitié

succèdent des corrompus puis des islamistes

De conférences en réunions de haut niveau un « gouvernement fédéral » fantôme, incapable de contrôler sa capitale, survit sous perfusion internationale alors que le reste du pays est retombé à l’âge de pierre. Aux chefs de guerre sans pitié succèdent des corrompus puis des islamistes alors même que shebbab et autres filiales d’al Qaïda sèment, eux aussi, la terreur dans toute la région.

drapeau

Repères : 137 000 km² pour environ 3,5 millions d’habitants,

capitale : Hargeisa ; religion dominante : l’islam traditionnel sunnite ;

éleveurs nomades : 55 % de la population.

il existe un espoir puisque le Somaliland vit en paix

Pourtant, il existe un espoir puisque le nord de la Somalie, le Somaliland, ex colonie britannique, vit en paix depuis 1991 ! Associée avec d’autres régions dans la Somalie après 1960, le Somaliland proclame son indépendant après la fin de la dictature et se tient à l’écart du chaos qui règne au sud. Dans l’indifférence générale un Etat minimum se met en place sur la base des « shir », ces grandes réunions d’Anciens qui résolvent traditionnellement les conflits dans cette société clanique où l’Etat n’existe pas, ou alors, sous la forme d’un clan opprimant les autres comme à l’époque de S. Barré…

Aujourd’hui le Somaliland survit assez bien avec des élections à peu près régulières, une paix civile assurée et une économie basée sur l’exportation de bétail vers le Golf.

L’auteur Robert Wiren se félicite de cette situation inespérée au sud. Dès lors, qu’est-ce qui n’a pas marché ailleurs ?

Pour l’auteur la communauté internationale, Etats-Unis en tête, ont cherché vainement à recréer un Etat par le haut sans jamais prendre en compte les réalités locales.

Résultat de recherche d'images pour "hargeisa"

vue d'Hargeisha, monument rappelant la guerre d'indépendance

L’Union Européenne, l’Union Africaine ou encore l’ONU ont systématiquement cherché à travailler avec les chefs de guerre pourtant coupables de crimes contre les civils et notoirement corrompus… Or les Somaliens sont avant tout attachés à leur clan et nullement à un quelconque Etat ou parti politique. C’est donc loin des ingérences géopolitiques ou humanitaires que le Somaliland a retrouvé la paix. L’aide de la communauté internationale ayant souvent alimenté trafics et réseaux mafieux dans le reste de l'ex Somalie.

Une leçon pour le reste du continent. Car quand on laisse les peuples se gérer dans le respect de leurs histoire et de leurs traditions les bonnes surprises ne sont pas rares.

Résultat de recherche d'images pour "hargeisa somaliland map"

Aujourd’hui le pays tente de se faire reconnaître mais sans grand succès. Ses relations sont bonnes avec l’Ethiopie (ennemie de S. Barré) et le Kenya mais est mal vu par les pays arabes assez influents dans la région. Ces derniers redoutent la dynamique sécessionniste déjà l’œuvre au Yémen. Quant à l’Occident, il reste globalement attentiste souhaitant que l’Union Africaine statue sur le pays. Or l’organisation pan-africaine est divisée sur la question… Or pour lutter contre la piraterie ou l'islamisme armé, rien ne vaut un petit pays stable, non ?

En attendant le pays attend son heure en voyant les frères du sud s’entre-tuer sans répit et capter attention et subsides du reste du monde.

Liens : Fiche wikipedia du Somaliland ; Editions Karthala .

.

 

Date de dernière mise à jour : 27/05/2015

Nous joindre : valactrep @ yahoo.fr

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site