Remaniement = coup d'Etat RPR !

la fadeur de Fillon ne doit pas faire oublier ses réseaux RPR qui ont déjà abandonné Sarkozy

Alors que le pays sombre dans la pauvreté et que les inégalités explosent, la classe politique et journalistique s'est passionné pour le "remaniement".

Il ne sortira RIEN du maintien de F. Fillon au poste de 1° ministre.

Mais ce changement montre tout de même que Sarkozy devient l'otage de l'ex RPR. Rien de moins !

Sentant dès 2007 que des petits Sarkozy se préparaient déjà à "tuer le père" le président avait recruté des opportunistes et des médiocres sans perspectives à gauche pour, précisément, faire contre-poid aux barons de l'UMP.

Les Kouchner, Yade, Amara et quelques autres étaient là pour empêcher les mailles de l'UMP de serrer de trop prêt la présidence. Dans cette logique il préfèrait le pâle Borloo à Fillon, chef d'orchestre de ces réseaux UMP connectés aux grandes fortunes.

Or, au détour de défaites léectorales lourdes (régionales...) Raffarin et Juppé ont fait monter la pression sur Sarkozy et ont investi massivement le nouveau gouvernement. Plus que jamais Fillon reste aux commandes, avec sans doute, de bonnes chances pour 2012 si Sarkozy continue de perdre en popularité dans le pays et en crédit auprès des trusts.

Seul souci pour l'ex RPR, la coalition des déçus et des virés va gonfler et gêner la campagne de la droite en 2012 : Morin, Boutin, Yade et quelques autres comme Borloo ne vont pas faciliter la vie des chefs de l'UMP... Surtout si Fillon et Sarkozy s'affrontent. Une situation courante à droite.

Revoilà donc une situation "pure", c'est à dire un conseil d'administration aux ordres des multinationales face au reste du pays réel...

Pourquoi Fillon ne tenterait-il pas sa chance en 2012 ?

Nous joindre : valactrep @ yahoo.fr

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site