Sarkozy ? Par ici la sortie !

 

Les résultats du premier tour des présidentielles laissent peu de chances à Sarkozy.

Après avoir trompé les français pendant 5 ans et magouillé en permanence (sans éviter les défaites électorales) il se prépare à payer comptant ses échecs et ses sales combines. Tant mieux !

Avec 27 % des voix c'est assez pour passer le 1° tour mais c'est trop pour triompher. Le fort vote Le Pen est un handicap. Les électeurs réguliers du FN n'ont pas pardonné à Sarkozy de les avoir séduits puis trompés 5 années durant. Le report de voix sur Sarkozy "l'européen", "l'américain", sera mauvais.


Le retour de la "gauche plurielle" ?

A "gauche" Hollande triomphe en dépassant le score de Royal (28,6 contre 27 %). Sans rien promettre sinon des fadaises, sans céder à Mélenchon et en reprenant la plupart des orientations de Sarkozy il se prépare à sortir le sortant sur fond de forte colère sociale environnante. Que se passera-t-il quand les classes populaires réaliseront qu'Hollande reste volontairement prisonnier de l'Europe ? Rien à "gauche" se saurait réduire les inégalités ou relancer l'activité... Jospin avait payé très cher cette impuissance...


Quid de Mélenchon ?

L'ex ponte du PS, allié du PCF, a décuplé les scores de la "gauche de la gauche". Sa belle dynamique lui fait dépasser les 11 %. Sera-ce assez pour être autre chose qu'une "caution de gauche" de Hollande ? Chevènement et les ministres PCF n'avaient pas brillé du côté de Jospin. En sera-t-il autrement demain ?


L'extrême-gauche en perdition

L'opération Mélenchon aura aussi été une défaite pour les chapelles gauchistes. En effet le NPA survit à peine avec 1,1 % (trois fois moins que Besancenot). Score pire encore pour l'héritière d'Arlelle avec environ 0,7 % ! Il faut bien admettre qu'un seul candidat à la gauche du PS suffisait largement pour amalgamer les 15 % potentiels de Français suceptibles de voter nettement à gauche... Il y a fort à parier pour que le gauchisme retourne à ses scores marginaux qu'il obtenait dans les années 70-80. Faut-il s'en plaindre ? Avec 5 % dans les années 90 ces organisations n'ont rien apporté sinon un bla-bla informe et sectaire.


Bayrou de secours

Autre victime de ce premier tour Bayrou, avec plus de 18 % en 2007 il rêvait un jour d'être président... C'est définitivement raté. Il retrouve avec 9 % son score très modeste des dernières Européennes. Sans alliance stratégique à droite ou à gauche il ne peut exister longtemps dans la V° république. Du reste il ne propose rien de nouveau. Même alignement sur l'Europe et ses lobby !


Le retour du réel

Reste que la question centrale de l'économie n'a pas été abordée. Aucun candidat (sauf Dupont-Aignan) n'a parlé des traités européens et de l'euro qui tuent l'économie et la société française. La situation sociale des classes moyenne et populaire est critique. Elle devrait encore s'aggraver avec le nouveau traité européen en gestation.

Hollande et Sarkozy ont toujours été des partisans de "plus d'Europe". Ils étaient pour le OUI en 2005 et n'ont critiqué l'Europe actuelle que de façon hypocrite et peu conséquente. Sans critiques sérieuses des traités européens et du "modèle allemand" le vote FN a de beaux jours devant lui...


Bravo à Dupont-Aignan

Modestement N. Dupont-Aignan a réussi à exister avec 1,8 %. Avec peu de moyens et écrasé entre Sarkozy et Le Pen, il a réussi sans démagogie à dépasser la marginalité. Son positionnement neutre pour le 6 mai force le respect. Espérons qu'il perce aux législatives.

Date de dernière mise à jour : 23/04/2012

Nous joindre : valactrep @ yahoo.fr

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site