A l’origine de l’islamo-gauchisme

Militante islamiste ou syndicaliste ?

Mis en lumière après les récentes tueries djihadistes l’islamo-gauchisme n’est pas seulement une insulte d’extrême-droite, c’est aussi une réalité politique  discrète mais réelle. Le terme a été inventé par P.-A. Taguieff dans les années 2000.

Elle postule l’idée que certaines forces politiques de gauche et certains islamistes pourraient travailler ensemble contre « le système » (capitaliste, colonial, étatique, mondialiste...) afin de libérer les exploités de l’oppression.

Paradoxale mais bien réelle avant comme après le 11 septembre 2001 cette galaxie politico-culturelle a une histoire, une stratégie et des références.

« le prolétariat et le prophète »

Chris Harman (mort en 2009)

Leader trotskiste britannique Chris Harman publie en 1994 un long texte qui traite de la question islamiste : "le prolétariat et le prophète". Pour lui, et avec force d’arguments, les islamistes ne sont ni des alliés des marxistes ni des fascistes au service du Capital. Il les qualifie d’utopistes (dans leur volonté de revenir à une société idéale) mais admet aussi qu’ils expriment une révolte légitime. Pour lui les exemples iranien, algérien, égyptien et soudanais montrent que la collaboration d’organisations de gauche avec des régimes « modernistes » a été une faute.

Il souhaite à la fin de son texte polémiquer pourbaucher des islamistes mais affirme aussi qu’il est possible de travailler avec eux contre les ennemis communs : l’impérialisme par exemple. Sans adhérer au programme réactionnaire comme l’obligation du port du voile ou les discriminations contre les non musulmans il soutient tout de même l’idée que certaines luttes sont envisageables : comme l’anti-racisme ou l’opposition à des guerres injustes (guerre du Golf par exemple en 1991). Rappelons qu’en 1994 le terrorisme islamiste n’a pas atteint la dimension post 11 septembre.

Là où les islamistes sont dans l’opposition, notre règle de conduite doit être  :

« avec les islamistes parfois, avec l’État jamais ». C. Harman


Lu ou pas, la logique de ce texte est tout de même la boussole de nombreuses organisations de gauche qui en France ou ailleurs ont à se positionner sur la question de l’islam. Condamnant sans nuance la violence terroriste (mais est-ce possible de faire autrement quand on est simplement humain ?) la gauche de la gauche refuse souvent de nommer l’islamisme comme matrice du terrorisme djihadiste et plus encore de le désigner comme ennemi politique.

J. Corbyn, derrière la gauche, le communautarisme ?

Sur le terrain, c’est à dire dans les banlieues, une grosse minorité d’habitants sont plus ou moins convaincus que l’islam est un ensemble idéologique égale ou supérieur, voir alternatif aux lois républicaines. Généralement concernées par les problèmes de pauvreté et de discriminations ces populations sont les clients type de la gauche de la gauche qui obtient précisément dans ces zones certains de ses meilleurs scores. Divisés et redoutés les islamistes ne triomphent guère à visage découvert. Mais, discrets, ils profitent de l’ascenseur politique… Ils retournent contre la gauche la technique de l'entrisme chère à certains trotskistes pendant la guerre froide.

Th 2

André Gérin, élu communiste opposé à l'immigration et à l'islamisme

Les responsables politiques de gauche ayant alerté sur le caractère oppressif de cette contre-culture islamique ou islamiste ont été rapidement écartés comme le communiste André Gérin. Le caractère ouvertement réactionnaire de la contre-culture islamiste est ignoré des appareils qui face à la désertion des militants ne refusent pas des soutiens locaux d'où qu'ils viennent.

Ainsi les plus "aveugles" sur la place de l’islamisme ont pignon sur rue comme C. Autain qui travaille ouvertement avec des organisations relais des Frères Musulmans, mouvance islamiste non directement violente mais franchement réactionnaire. Leurs cibles ? L’État. Dans certaines municipalités du 93 des élus "communistes" sont notoirement liés aux réseaux islamistes et mafieux !

Dans certaines municipalités du 93 des élus "communistes" sont liés aux réseaux islamistes

Quand des incidents à caractère sexiste ont lieu (par exemple quand des chauffeurs de la RATP refusent de succéder à une femme dans leur bus) la CGT locale ou nationale ne dit rien sinon des généralités sur la "tolérance". Même silence quand des élèves juifs doivent quitter les écoles publiques par dizaines à cause de harcèlements à caractère antisémite.


 

L'islamisme, un nouveau néo-nazisme ?

Cette question de l’antisémitisme de certains musulmans renvoie à l’échec électoral récent du Labour britannique : J. Corbyn, parangon de la « vraie gauche » a sciemment laissé des adhérents du Parti proférer des propos antisémites sous couvert de lutte antisioniste et anti-impérialiste. Une opposition à Israël qui, avec la noble apparence d’aider les Palestiniens, tolère ou véhicule les pires lieux communs nazis, clichés systématique dans les milieux islamistes et très fréquents chez certains musulmans. Dans les milieux islamistes on lit Mein Kampf sans se cacher.

 

Le NPA en France, complètement incapable d’écrire « islamiste » dans ses communications après des attentats, suit à la lettre le logiciel d’Herman. Ce groupuscule avait présenté une candidate voilée sur Avignon en 2013 et la loi de 2004 proscrivant les signes religieux dans les écoles avait été qualifiée de « liberticide ». On est bien loin de l’athéisme revendiqué de Trotsky et autres bolcheviques. L'opium du peule est devenu l'opium des appareils en déclin !

L’islamo-gauchisme a aussi un autre « avantage » : il est l’exact contre-discours de l’extrême-droite traditionnelle qui amalgame immigration, islam, délinquance et terrorisme. Avec la gauche de la gauche le gant se retourne : on milite avec les réactionnaires islamistes pour les immigrés, contre le racisme, pour la visibilité de l’islam et contre les violences policières… La boucle est bouclée et les jeunes filles sont bien gardées sous clé !

La dérive du syndicat étudiant UNEF à partir des années 2015 a été patent de cette ligne où la nouvelle génération militante proche du PCF, du NPA ou des Insoumis a investi le syndicat avec le bréviaire islamo-gauchiste comme boussole. Dès 2016 on ouvre une salle de prière lors du congrès de l’UNEF en plein ramadan ! Il faut admettre que Hollande déçoit plus que jamais la gauche comme Blair avait révulsé la base du Labor en soutenant la guerre en Irak. Est-ce là le moteur de la confusion actuelle ?

 

Par le passé cette même gauche a eut les mêmes silences vis-à-vis des nationalistes corses, bretons ou basques. Minoritaires, souvent délinquants, parfois ouvertement ethnicistes et toujours opposés à l’égalité républicaine ces groupes ont bénéficié de la complicité passive de la gauche de la gauche non par réelle sympathie idéologique mais plutôt par dégoût vis-à-vis du pouvoir... Ici Besançenot pactisait ouvertement avec un FLNC...

 

Tribalisme "décolonial"

Image illustrative de l’article Indigènes de la République

pour les "indigènes de la république" la Femme

montre sa loyauté à son mari en se voilant

On trouve aussi cette tendance dans les luttes dites « antiracistes » qui généralement sont un racisme anti-français dans l’idée que la France pratique un racisme d’État du fait de son passé colonial. Une idée qui mène à des camps « non mixtes » et/ou interdits aux Blancs ! Manifestations relayées par SUD Education 93 ! Le nouveau visage de l’extrême-droite qui, au RN comme chez les islamo-gauchistes, nie l’égalité des gens et où les Français d’origine étrangère qui refusent l’importance des origines se font traiter de « harkis » ou de « nègres de service » non par des skinheads mais par des décoloniaux sûr d’eux.

Ainsi l’avenir semble-t-il être au passé, avant Marx, avant Jaurès, avant Luther King, tout ceci a un parfum de Proudhon, de confusion... Avec une gauche comme celle-la le trumpisme a de beaux jours devant lui car l’écrasante majorité de la population est plus qu’exaspérée par cette pornographie post-moderne et plébiscite parfois le contre-discours « national » par réflexe.

 

Liens : "Barbares rient" (oct. 2020) ; "Considération sur Daesh" (2016)

 

Date de dernière mise à jour : 31/10/2020

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !