"Etre esclave" livre

Être esclave

Une très bonne mise au point 

Ce livre édité par La Découverte est une très bonne mise au point historique sur la question de l'esclavage. On pourrait même dire "les questions" car le sujet n'est pas seulement historique !

Malgré le caractère progressiste des éditions La Découverte les auteurs rappellent que les Africains ont massivement pratiqué l'eslavage avant que certains Européens ne se greffent aux réseaux existants afin de déporter des millions de travailleurs vers les Amériques. 

ce sont des proto-Etats africains qui vont capturer,

vendre et profiter du commerce triangulaire

Pendant toute la période de la traite atlantique ce sont des proto-Etats africains qui vont capturer, vendre et profiter du commerce triangulaire. Il en restera après les abolitions du XIX°s des élites en partie métissées dont les descendants sont encore aux affaires actuellement ! Le livre ne le dit pas mais le Niger ou le Nigéria sont dirigés par ces élites liées aux Européens qui continuent de voir certains de leurs compatriotes comme des citoyens de seconde zone. La contestation de la colonisation a donc été une affaire d'élites africaines issues de la traite, mais... côté esclavagiste ! Ainsi le Libéria créé par les USA pour recevoir les anciens esclaves noirs pratiquera encore massivement la traite après l'indépendance du pays. Les descendants des esclaves des Etats-Unis exploitant les libériens autocthones ! Une tragique ironie de l'Histoire...


l'esclavage fut toujours massiquement pratiqué en Afrique

De même après la vague d'abolitions du XIX°s (1848 en France...) les même Africains des côtes vont de nouveau massivement pratiquer l'eslavage à destination principalement des Etats musulmans du nord. Les missionnaires chrétiens installés dans le secteur compteront jusqu'à 40 % d'esclaves localement, surtout des femmes, "bétail" facilement corvéable physiquement et sexuellement.

Bien sûr le livre s'attarde aussi sur la traite atlantique avec le transport et le travail harassant des plantations où peu échappaient à un sort sordide. A noter que les évasions et autres révoltes furent assez fréquentes sur mer comme en Amérique où des zones "marrons" émergèrent face aux villes coloniales... De même environ 5 % des "non blancs" étaient des "noirs libres", d'anciens esclaves affranchis. Et que dire de l'indépendance d'Haïti arrachée en 1804 et qui fut précédée par une tentative d'abolition de l'esclavage en 1794. On vit même arriver à la Convention un député noir, J.-B. Belley.

Résultat de recherche d'images pour "député noir à la convention"

J.-B. Belley, député français 

seuls les Européens contestèrent puis abolirent l'esclavage

Ainsi seuls les Européens contestèrent puis abolirent l'esclavage (il fut par ailleurs toujours interdit en Europe même). Ce ne fut pas le cas en Afrique où il perdure en Mauritanie et dans le reste de la zone sahélienne. Et que dire de la secte Boko Haram qui vend périodiquement ses captifs ?

 

Fiche de lecture sur le récit autobiographique de O. Equiano (1789)

Date de dernière mise à jour : 27/02/2015

Nous joindre : valactrep @ yahoo.fr

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site