"Les proies" (livre)

Dans le lit du tyran...

Alors que la Libye sombre dans le chaos et l'intégrisme, le livre de la journaliste Annick Cojean vient rappeler une page sombre des 42 années de pouvoir du "Guide".

Dans "Les proies" l'auteur relate le témoignage de Soraya, enlevée à l'âge de 15 ans par les sbires du tyran. Son tort ? Etre plutôt belle et sexuellement désirable aux yeux du maître du pays. Le début de plusieurs années de viols, violences, fuites avant que la révolution de 2011 ne vienne rebattre les cartes. Or, la jeune victime ne fut pas la seule... Loin de là.

 

Dans l'antre du dévoreur de vierges...

Choisie pour donner des fleurs à Kadhafi lors de la visite de son école la jeune Soraya ne peut refuser l'honneur d'être plus tard convoquée pour aller au palais du maître du pays, Bab al-Azizia. Sur place, une certaine Mabrouka - qui a tout de la maquerelle -  lui explique très sommairement qu'elle sera désormais retenue dans la base et servira son "maître" dès qu'il le voudra. Point.

Par deux fois elle réussit à refuser d'être coincée après que Kadhafi lui ai ordonné "sapole, danse !", mais elle finit par être attrapée et sauvagement violée. Elle décrira toujours des rapports brutaux et sans aucun raffinement. Avec simplement des infirmières ukrainiennes comme panse-plaies...

Kadhafi a toutes les apparences du tyran oriental

Elle n'est pas la seule... Des dizaines (pour ne pas dire des centaines de filles) sont ainsi agressées par un Kadhafi qui a toutes les apparences du tyran oriental. Dès les années 1970 il envoit déjà des fidèles (hommes ou femmes) rabattre des jeunes filles innocentes qu'il consomme brutalement comme du vulgaire bétail. Après, au bout de quelques années, le tyran se lasse et les semi-captives retrouvent un semblant de liberté.

Commence alors (comme aujourd'hui pour Soraya) une période de honte qui s'étend à la famille parfois complice contrainte de ce deal insensé. Car souvent Kadhafi paie les filles ou leur famille. On ignore pourquoi, sans doute pour rabaisser ces actes au niveau de la basse prostitution car c'est bien ainsi qu'il voit les victimes.

elle doit livrer sa propre fille au Minotaure !

A. Cojean relate aussi d'autres témoignages comme celle de la femme d'un général "convoquée" au palais et régulièrement défrayée... La dame y gagne un appartement et d'autres avantages jusqu'au jour où elle doit livrer sa propre fille au Minotaure ! Son mari en fera une attaque cérébrale fatale quand il comprendra...

Aujourd'hui toutes ces filles ou dames sont menacées : par leur famille dont les garçons sont collectivement humiliés, par la "résistance" qui les considère parfois comme des complices du tyran, par les kadhafistes qui voient en elle des traîtres... Certaines ont quitté le pays pour aller se prostituer là où on les tolère (Jordanie...), beaucoup se cachent. Soraya, par exemple, ne peut plus vivre sous le même toit sur ses frères. Ses parents, pourtant ouverts, ne savent comment la considérer au juste.

Que peuvent-elles devenir dans une Libye livrée au chaos et à l'islamisme le plus menaçant ?

 

Questions anthropologiques

Violer c'est dominer

Reste à éclaircir le comportement du dictateur. Pourquoi violer si souvent et si brutalement tant de jeunes femmes ? Politiquement Kadhafi a longtemps prétendu libérer la femme libyenne du passé... Ses discours furent volontairement "féministes" et son aversion pour l'islamisme évidente. Tout le monde se souvient de ces gardes du corps féminines. En réalité son harem.

Reste que dans la société libyenne (encore très percluse de valeurs bédouines) est encore une société pré-moderne. La référence est le clan ou famille élargie où le contrôle sur l'individu est systémique. Les parents contrôlent les enfants, les frères les soeurs, les cousins les cousines, les aînés les cadets, etc.

Or Kadhafi se voulait le maître absolu des clans. Ce sont des clans qui se vengeront et le renverseront en 2011 !

le viol des filles était une manière de s'imposer comme maître

Il s'imposera brutalement aux récalcitrants (clans agités, islamistes...) et le viol des filles était une manière de s'imposer comme maître de la société.

Il se présentait comme un Chef exceptionnel au comportement tout aussi exceptionnel. Cela expliquerait aussi son non respect des régles de bases de l'islam. Les filles racontent une consommation massive de drogues, cigarettes, alcool, y compris pendant le Ramadan (sic)...

Toute proportion gardée Louis XIV fit de même avec certaines maîtresses... La violence exercée sur les corps (masculin ou féminin concernant Kadhafi) est une arme courante des tyrans orientaux dans les sociétés où le puissant peut, seul, faire l'infaisable. Les rapports sexuels hors mariage sont de cette nature.

Le livre de A. Cojean souffre peu de critiques, son enquête dans tous les milieux semble aussi honnête qu'argumentée. Même des ex caciques du régime actuellement emprisonnés confirment la fringale de sexe de Kadhafi qui associait parfois ses envies et ses projets politiques : ainsi l'Afrique et l'Orient ont-ils été souvent sillonés par ses émissaires à la fois diplomates ET rabatteurs de filles... En échange de ses subventions il fallait se montrer... très amical !

Pour des filles ou femmes de chefs d'Etat ou des stars diverses il dépensait des millions de dollars... avec succès ! Un boeing entier de sénégalaises (pas toujours majeures) fut même un jour bloqué à Dakar déclenchant un incident diplomatique.

Aujourd'hui la parenthèse Kadhafi est refermée, la Libye retrouve ses traditions et ses démons. D'une horreur à l'autre ?

Lien : sur la grande crise du monde arabe (Libye et autres).

Triste bilan après la fin de Kadhafi

 

Date de dernière mise à jour : 21/12/2013

Nous joindre : valactrep @ yahoo.fr

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site