Nouvelle donne en Corée du Nord ?

Résultat de recherche d'images pour "congrès corée du nord"

Kim Jong-un changera-t-il la Corée du Nord ?

 

Le congrès du Parti du Travail de Corée (PTC communiste) n'avait pas été réuni depuis 1980. A cette époque le fondateur du régime, Kim Il-sung, impose sa dynastie avec son fils qui lui succédera après sa mort en 1994.

La Corée du Nord vit encore à l'heure de la guerre froide. Gorbatchev est un inconnu et l'URSS fournit encore armement et pétrole bon marché à son allié asiatique.

Résultat de recherche d'images pour "gorteau corée du nord"

LIEN

La suite de l'histoire est connue : le bloc de l'est disparaît, la RPDC plonge dans le coma économique en attendant la famine qui débute avec la mort du Kim Il-sung. Son fils Kim Jong-il gère la pénurie, accélère le programme nucléaire et esquisse quelques réformes « à la chinoise ».

Quand il décède à son tour en 2011 le pays sort tout juste de la « dure marche », l'appellation officielle de l'effondrement du pays mais la Corée du Nord maîtrise la technologie nucléaire. C'est un atout stratégique certain.

le Parti demeure au second plan

Durant cette grande transition inachevée le Parti demeure au second plan, aucun congrès n'est convoqué et surtout aucune autre ligne que « l'armée d'abord » c'est à dire la priorité à la seule défense du régime. La bombe étant vue comme le seul moyen d'éviter une intervention comme celle qui a brisé l'Irak ou la Libye... Même chose pour le parlement convoqué de façon irrégulière de même que les élections législatives...

Kim Jong-un poursuit ainsi la politique de l'atome

Kim Jong-un poursuit ainsi la politique de l'atome comme Staline avant lui pour éviter d'être un jour écrasé par le rouleau-compresseur technologique des Etats-Unis. Dans la même logique il développe à la suite de son père l'économie numérique ainsi que le hacking comme celui qui a visé Sony Pictures après la réalisation d'un film de contre-propagande le visant.

Tenant aussi à s'affirmer auprès de « l'ami » chinois il élimine son oncle Jang Song-taek proche de Pékin et opposé aux essais nucléaires. En effet la Chine voit mal une autre puissance nucléaire régionale.

Le troisième monarque de la dynastie cherche aussi à développer la classe moyenne. Il constate que le Parti communiste chinois règne via des clientèles qui se sont enrichies parfois considérablement après les réformes.

Les informations officielles nord-coréennes soulignent les succès militaires du régime mais aussi la modernisation de l'économie : on voit fréquemment le maître du pays visiter des usines modèles et des fermes productives. Les observateurs extérieurs qui passent à Pyongyang constatent aussi qu'une classe moyenne émerge grâce aux échanges avec la Chine ou le reste du monde.

La Corée du Nord se veut le nouvel

eldorado des investissements

La Corée du Nord se veut le nouvel eldorado des investissements étrangers en Asie : ses services vantent les faibles salaires, la discipline et les qualifications de la main d’œuvre locale. Si des tensions avec le Sud ont mené au ralentissement de la ZES de Kaesong Pyongyang ambitionne de travailler avec la Russie (ZES de Rason) ou encore avec d'autres partenaires via le port de Nampo (ouest).

Dès lors pourquoi convoquer le VII°s congrès du PTC dès lors que le pays n'est pas dirigé par ce parti mais plutôt par Kim et son équipe ?

Ce congrès répond à plusieurs exigences : la volonté de changer les cadres. Kim Jong-un a déjà renouvelé énormément de généraux de l'armée et souhaite sans doute faire de même dans le Parti.

Montrer au pays et au monde qu'il est à l'initiative dans le Parti alors que son père le délaissait.

Entériner la politique de puissance militaire mais aussi confirmer les réformes qui sont mises en place localement par le Parti.

pyeonghwa motors constructeur automobile coree du nord kim jong un voitures 1

Une voiture nord-coréenne, 1 600 véhicules annuels produits à Nampo

On le dit peu mais même en butte aux sanctions de l'ONU Kim envoie des étudiants à l'étranger se former à l'économie de marché. Élevé en Suisse avec le modèle chinois comme référence Kim Jong-un sait que son pays ne pourra survivre que s'il produit à son tour des richesses en louant ses talents aux firmes multinationales. Ce fut ainsi que la Corée du Sud sorti du sous-développement dans les années 70. Avant cette période le nord de la péninsule dépassait le sud dans tous les domaines. Triés sur le volet les délégués du Congrès connaissent cette vérité. Localement des responsables n'hésitent pas à faire du business "gris" aux frontières.

Derrière la politique de la tension la Corée du Nord cherche surtout à sortir de l'ornière du sous investissement, vrai mal du pays depuis les années 1980, période où se tint le dernier congrès du PTC.

 

Terrorisme et Corée du Nord, mai 2016

Fusée ou missile nord-coréen ? février 2016

Date de dernière mise à jour : 10/05/2016

Nous joindre : valactrep @ yahoo.fr

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site