Où s'arrêtera Erdogan ?

... Prime Minister Recep Tayyip Erdoğan (Image credit: EgyptIndependent

Qui arrêtera le Grand Turc ?

L'actuelle dérive autoritaire d'Erdogan n'avait rien d'évident !

Au pouvoir depuis 2003 il a réellement réformé le pays et gagné les élections avec environ 40 % des voix à chaque scrutin. Y compris dernièrement. Dans l'opinion il passe pour moins corrompu que ses prédécesseurs et surtout a servi les intérêts de la classe moyenne en plein développement.

Quand des opposants divers manifestent contre un projet immobilier place Gezi à Istanbül (été 2013) la majorité de la population ne bouge guère. La même année Erdogan entame des discussions inédites avec le PKK alors en guerre avec Ankara depuis 1984. Sur le génocide arménien il est le dirigeant turc le plus ouvert à la reconaissance du drame (sans toutefois reprendre à son compte le terme de génocide).

Depuis 2003 il modernise les institutions et remet l'armée dans ses casernes alors même que les gradés avaient plusieurs fois fait des coups d'Etat et avait trempé dans des massacres de civils au Kurdistan...

la folie des grandeurs

Or, sans doute grisé par ses succès Erdogan passe de premier ministre à président. Un poste dont il a renforcé les pouvoirs par référendum. Il a aussi fait bâtir un palais présidentiel somptueux et démeusuré. Un signe de la folie des grandeurs...

Isolé au sommet de l'Etat il se brouille même avec son principal allié social, la confrérie islamique Gülen qui réagit en révélant plusieurs scandales de corruptions. Erdogan vérouille internet et exerce des pressions sur la société civile... La dérive commence.

Erdogan vise aussi le HDP, parti démocrate pro-kurde

Quand la révolution gronde en Syrie Ankara mise sur l'opposition et laisse les islamistes les plus radicaux agir à sa frontière et même dans les camps de réfugiés ! En Occident on dénonce le double jeu de la Turquie qui affirme vouloir lutter contre Daesh... mais sans aider les Syriens kurdes et autres qui s'opposent aux coupeurs de têtes !

Or, après un attentat de Daesh contre des Kurdes (à Suruç le 20 juillet 2015) qui fait plus de 30 morts, Erdogan déclenche les hostilités contre Daesh et... le PKK ! Depuis l'armée vise davantage les séparatistes kurdes que les islamo-terroristes ! Quitte à fâcher Washington. Tranquilisé par le relatif mais réel soutien des Etats-Unis Erdogan profite de cette situation pour "faire le ménage" chez lui. Après avoir échoué à augmenter encore ses pouvoirs lors des dernières législatives avant l'été il veut un nouveau scrutin. Il entame des poursuites contre le HDP, parti proche du PKK... Il avait receuilli 13 % et bloquait précisément Erdogan dans ses projets politiques.

ruinant un espoir réel de changer la Turquie

Erdogan a lancé l'armée contre le PKK

En attendant, ruinant un espoir réel de changer la Turquie et le Kurdistan, Erdogan a lancé l'armée contre le PKK mais aussi les civils kurdes dans le sud-est. Les journalistes turcs sont intimidés ou arrêtés et les journalistes étrangers ne peuvent enquêter.

PKK_Militant.jpg

le PKK reprend les armes

Dans les grandes villes police et armée, sous prétexte de traquer des militants d'extrême-gauche violents, arrêtent des dizaines d'opposants pacifiques à Erdogan aux cris de "allah Akbar" ! Une nouveauté inquiétante puisque des décennies durant les forces de sécurité étaient insensibles à l'islamisme...

La dérive d'Erdogan est donc évidente et sa proximité avec l'islamisme radical certaine. Qui l'arrêtera ?

 

Lien : Pourquoi Erdogan a gagné (élections municipales 2014)

Date de dernière mise à jour : 22/08/2015

Nous joindre : valactrep @ yahoo.fr

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site