Créer un site internet

Dernier tour  ?

20210228 124302


A moins de cent jours du premier tour des présidentielles 2022 les jeux semblent faits. L’opinion va-t-elle se réveiller ? En tout cas les lignes bougent peu : l’abstention rode, Macron reste autour des 20-25 % et plusieurs candidats cherchent à exister pour accéder au second tour. Ciblant tous les trois le même électorat « de droite » Pécresse, Zemmour et Le Pen lancent des missiles médiatiques sensés gratter quelques % pour marginaliser les autres et se présenter comme l’Opposant(e) au Chef de l’État en vu... de 2027 ! Et nous ? Il en ressort une campagne de premier tour assez navrante où le but n’est pas de proposer un projet au pays entier ni même de débattre mais plutôt d'agiter des jouets idéologiques pour sa clientèle… Réduire des droits de succession ? Voilà qui caresse la bourgeoisie tout en ulcérant le Populaire. Zéro immigration ? Défouloir raciste mais aussi désastre social dans le secteur de la Santé. M. Le Pen, débarrassée des gros Collard, en deviendrait presque normale et lucide. Surprenant, non ?

A gauche quelques fanatiques s’agitent avec leurs partisans de mauvais aloi

A gauche la fragmentation est complète et quelques fanatiques s’agitent avec leurs partisans de mauvais aloi : Mélenchon s’acoquine avec la voyoucratie indigéniste et cela ne gène personne. Taubira dispute les 3 % d’Hidalgo dans l’indifférence totale des électeurs. Quant à Jadot il se démène pour échapper au chantage permanent d’une Rousseau hors de contrôle… Il y a même un communiste qui pourrait bien dépasser les 1,9 % de MG Buffet en 2007. Exploit à confirmer.

Quant aux autres, les « petits candidats » ils sombrent comme Montebourg dans les abysses des 0,5 % tel Asselineau ou Arthaud qui ne parlent qu’à une poignée d’ultras complètement hors-sol.

de ces questions centrales nul ne parle sans doute pas souci d’éviter de présenter la facture

En pendant ce temps les crocs des contraintes se resserrent.

Pas plus que la dialectique casse les briques la démagogie peut résoudre l’équation énergétique qui veut que nous consommons trop et mal pour alimenter une société inégalitaire, paradis des désastres sanitaires actuels et futurs. Qui retient le plan de JM Jancovici concernant la transformation de l'économie ? Or de ces questions centrales nul ne parle sans doute pas souci d’éviter de présenter la facture à qui que se soit et sûrement pas aux riches qui, tel Bolloré, préfèrent stipendier quelques chiens de garde bien dressés.

Paradoxalement, devant gérer les vrais problèmes du moment, Macron apparaît comme un moindre mal, un premier de la classe qui, par comparaison, ne fait pas regretter Hollande ou Sarkozy.

Date de dernière mise à jour : 27/01/2022

  • 1 vote. Moyenne 5 sur 5.