IMPLOSION ?


Hollande et son équipe battent des records d'impopularité. Suivant la pente de Sarkozy l'exécutif s'use à mesure que le pays implose lentement. Partout un mécontentement sourd touche pratiquement toutes les couches de la population. Pourquoi ? Et surtout quelles solutions pourraient sortir le pays de l'ornière ?


Un pays trop plein ?

La France n'en finit pas de s'enfoncer dans la crise ou plutôt les crises : emploi, logement, santé, éducation... Pratiquement tous les domaines sont dans le rouge. Le "ras-le-bol" fiscal n'est qu'une étape de plus dans le défilé du mécontement populaire qui, originalité, touche autant le PS que l'UMP. En effet, peu milite pour le retour de Sarkozy et 73 % des sondés jugent négativement Copé. On ignore Fillon et on laisse Le Pen incarner (par défaut) la coalition des déçus de toutes sortes. Or, le FN reste stérile (lien).

Sans issue ni programme alternatif certains se laissent aller à l'insulte voire même au racisme le plus pathétique et surtout le plus stupide. Mais que faire d'autre face à l'ambiance délétère et à la baisse du niveau de vie ? Même commentaire pour les agissements du détraqué A. Dekhar, incarnation de cette révolte brouillonne et sanglante.

"Leur rêve de pavillon péri-urbain vire au cauchemar"

Partout on atteint des seuils de saturation inédits : la crise du logement n'est nullement résolue par la chute des prix de l'immobilité et le surendettement perdure. Les classes moyennes se sentent agressées par l'ambiance économique. Leur rêve de pavillon péri-urbain vire au cauchemar à cause du voisinage, des cambriolages, des Roms et des "jeunes" de banlieues... Autant de menaces à leur bonheur made by IKEA. Fantasme noir du déclassement ou réelle aggravation du quotidien ? Mystére, mais la hausse des impôts et surtout l'augmentation des dépenses contraintes (énergie, assurance, santé, éducation...) écrasent les classes moyennes périodiquement ruinées par les divorces et autres crises de la quarantaine... Bref, le socle de la république vascille tandis qu'en banlieue le mal délinquo-communauraire perdure.

Le pays est comme "trop plein" : trop de dépenses, trop de gens à aider, trop d'immigrés pense-t-on aussi... Pourquoi ce sentiment ? Car la population augmente plus vite que la production de richesse. A qui la faute ?


Le garrot de l'euro

Tout empire du fait des licenciements qui touchent l'industrie autant que l'artisanat ou même l'agriculture jadis fleuron du productivisme. Or, la gestion de l'euro par la BCE et l'Allemagne ruinent littéralement la France. Depuis que l'UMPS s'est rallié à une Europe intégrée et libérale (aqprès 1983), la France décline. Sorti de quelques perles exportatrices (mais Airbus assemble ses avions en Chine et aux USA, c'est à dire hors zone euro) le pays réel périclite : les jeunes restent chez leurs parents, les retraités comptent leurs sous, les gens en activité redoutent la détérioration des conditions de vie. Ailleurs, en Allemagne, les réformes Schröder ont fait basculer dans la pauvreté des millions de gens fragiles qui survivent en acceptant n'importe quel emploi, en subissant la concurrence des Européens de l'est qui travaillent en Allemagne mais aux conditions de l'est. Bref, c'est ce "modèle allemand" que l'UMPS nous propose comme seul horizon. En réaction le rejet est massif et indistinct.


Hollande pire que Sarkozy !

A l'international Hollande frime ! Rien n'est réglé au Mali et déjà Hollande planifie d'autres interventions comme en Centrafrique. On sait pourtant quel effet peut avoir une expédition néo-coloniale de plus !

Et que dire du Proche-Orient ? Fidèle à lui-même Hollande s'aligne sur Israël. A Genève avant l'accord sur le nucléaire, la France semble avoir été sur une ligne dure face à l'Iran alors même qu'à Téhéran on a une équipe plus ouverte que jamais. Même sur la Syrie les Iraniens bougent. Est-ce le moment d'être abusivement ferme comme la droite israélienne ? Qu'y gagne la France ?

Quant à la Syrie Paris milite aussi pour une "non solution" diplomatique et jette périodiquement de l'huile sur le feu (lien). Dans quel but ? Difficile à dire car rien de positif ne sortira de chaos syrien.

On regrette presque la relative prudence de Sarkozy à l'international... Même si les violences en Libye sont largement imputables à Sarkozy et Cameron.

- - -

La "gauche" sombre donc sous le poids de son choix de 1983, quand elle renonça à toute souveraineté pour poursuivre la construction d'une Europe libérale qui désindustrialise le pays aujourd'hui et qui fait le lit de toutes les mafias.

Aucun programme réellement progressite et républicain ne peut faire l'économie d'une dénonciation totale de l'euro et des institutions européennes qui réduisent la France à une province...

Date de dernière mise à jour : 30/11/2013

Nous joindre : valactrep @ yahoo.fr

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site